Master of Port : les demi-finalistes n'ont pas chômé !

Publié le par Jean Bernard

 © Jean Bernard
© Jean Bernard

Convoqués ce dimanche 27 septembre à 14 heures, dans les locaux du Musée parisien du vin, les onze sommeliers retenus pour disputer les phases finales du 16e Master of Port étaient tous bien présents au rendez-vous. Attendus par les membres du comité technique, ils ont rapidement été mis dans le bain de cette demi-finale qui proposait pas moins de six épreuves écrites et quatre ateliers pratiques.

Tout a commencé par un questionnaire illustré par des diapositives invitants au voyage dans la vallée du Douro. Douro dont l'étymologie du nom signifie 'fleuve d'or', c'était la première question.

Les candidats ont dû ensuite donner le nom du ministre de Louis XIV qui a, d'une certaine façon, contribué à l'essor des vins de la vallée du Douro. Il s'agissait de Colbert, en raison des taxes imposées à l'Angleterre pour l'importation des vins français. Une mesure appelée le 'Colbertisme'.

Plus facile, la traduction de 'colheita' qui se traduit par 'cueillette' ou encore le choux vert qui est l'ingrédient principal du plat traditionnel portugais appelé 'caldo verde'.

Une sélection musclée

Autour d'une étiquette, celle du Porto 'Quinta do Noval 1994, vintage nacional', les sommeliers ont dû répondre à dix questions avant de se livrer à une dégustation comparée d'un Porto Cruz 1985 et d'un Porto Ramos Pinto RP 30, « deux vins aux identités différentes sur un temps d'élevage à peu près identique », expliquait Fabrice Sommier, directeur des concours au sin de l'Union de la sommellerie français. Une façon de tester la sensibilité du palais des candidats.

Un questionnaire spécifique sur la géographie et surtout un autre sur la connaissance générale des vins de Porto ont donné à cette première partie un niveau tout particulièrement relevé.

D'autant que quatre ateliers, allant d'un accord met et vin à un exercice de commercialisation, attendaient encore les candidats toujours dans les caves voûtées de l'ancienne abbaye de Passy.

Les finalistes connus lundi à 14 heures

Maintenant, Gaetan Bouvier (La Villa Florentine à Lyon), Jean Baptiste Klein (Le Clos des Sens à Annecy et Meilleur jeune jeune sommelier de France 2011), Stéphane Knecht (l’Atelier du Sommelier à Niederbronn-Les-Bains), Christine Lauffenburger (l’Atelier du Sommelierr à Niederbronn-Les-Bains), Antoine Lehebel (La Villa Lorraine à Bruxelles), Micaël Morais (Saint James à Paris), Yann Satin (L’Hôtel Westminster à Le Touquet Paris Plage, finaliste du Master of Port en 2010), Lionel Schneider (Park Hyatt Paris Vendôme à Paris), Denis Verneau (La Mère Brazier à Lyon, Meilleur ouvrier de France 2015), Pierre Vila Palleja (Le Petit Sommelier à Paris) et Frédéric Voné (La cour d’Alsace à Obernai) devront attendre 14 h, ce lundi 28 septembre pour savoir si l'aventure continue pour eux. En effet, seuls les quatre meilleurs de la demi-finale disputeront les derniers ateliers. Une finale qui aura pour cadre les salons du Cercle national des armées, toujours à Paris.

Ensuite, la remise du titre de Master or Port se déroulera au sein de l'ambassade du Portugal.

Le Master of Port, concours qui récompense un sommelier expert en vins de Porto, est organisée par l'Union de la Sommellerie Française en partenariat avec le Syndicat des grandes marques de Porto et l'Institut des vins du Douro et de Porto.

 © Jean Bernard

© Jean Bernard

 © Jean Bernard

© Jean Bernard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article