Master of Port 2019 : Micael Morais est l'un des neuf demi-finalistes

Publié le par Jean Bernard

Photo JB

Photo JB

Le dimanche 20 octobre, à Paris, neuf sommeliers participeront à la demi-finale du Master of Port 2019 avec pour ambition de passer cette nouvelle sélection avec succès afin de figurer en finale le lendemain au Cercle national des armées. Voici par ordre alphabétique le sixième d'entre eux.

Si parmi les neuf candidats qui se retrouveront fin octobre à Paris pour disputer la demi-finale du Master of Port, il y en a un pour qui un succès prendrait une très forte dimension sentimentale, c'est bien Micael Morais. Et pour cause, il a le Portugal dans le sang et voue aux vins de la terre de sa famille une vraie passion. Mais avant d'être une sorte d'ambassadeur, il est surtout un sommelier. Formé aux métiers de la restauration puis spécialisé dans le vin au sein du Tecomah de Jouy-en-Josas, il franchit un pas décisif en intégrant la brigade de sommellerie d'un restaurant trois étoiles, celui de Guy Savoy. Commis puis sommelier, il a passé deux ans dans cette ambiance avant de rejoindre un palace, Le Meurice, trois étoiles également.

La suite de son parcours, ce sont quatre années comme chef sommelier du restaurant Antoine puis deux ans au Saint-James. Etablissement qu'il a quitté il y a trois ans pour accompagner le chef Tomy Gousset dans la création du restaurant Tomy & Co dans le 7e arrondissement de Paris. Là il est à la fois chef sommelier et directeur du restaurant qui a décroché une première étoile cette année. Des responsabilités qui ne l'ont pas empêché de bien préparer le Master of Port dont il était finaliste en 2017.

Pourquoi avez-­vous choisi de participer au concours Master of Port ?
J’ai choisi de participer à nouveau au concours car lors de la précédente édition j’ai été finaliste et j’espère de tout coeur remporter la victoire cette fois-­ci.
Que représente ce concours pour vous ?
Il représente mon pays, mes racines, ma passion pour le Porto qui est immense et que j’essaye de promouvoir au mieux dans nos restaurants.
Selon vous, quelles sont les qualités primordiales nécessaires pour gagner ?
Pour moi, les qualités primordiales sont la passion du Porto et l’amour de transmettre mes connaissances sur ce vin, son histoire, la simplicité et parler avec son coeur.
Est-­ce que cela peut changer des choses dans votre carrière et votre façon d’exercer votre métier ?
Cela me permettrait d’être reconnu comme un référent sur les vins de Porto et du Portugal à Paris, en cohérence avec mon métier et mes origines, pour pouvoir continuer à mettre en lumière les vins portugais en France, comme je le fais à mon échelle, sur mes cartes des vins, depuis quelques années.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article