Master of Port 2019 : Bastien Debono sera l'un des neuf demi-finalistes

Publié le par Jean Bernard

Master of Port 2019 : Bastien Debono sera l'un des neuf demi-finalistes

Le dimanche 20 octobre, à Paris, neuf sommeliers participeront à la demi-finale du Master of Port 2019 avec pour ambition de passer cette nouvelle sélection avec succès afin de figurer en finale le lendemain au Cercle national des armées. Voici par ordre alphabétique le troisième d'entre eux.

Les compétitions de sommellerie, Bastien Debono connaît et apprécie. Demi-finaliste (2015) puis finaliste (2017) du concours du Meilleur jeune sommelier de France - Trophée Duval-Leroy, il a décidé cette année de se frotter à une épreuve thématique : le Master of Port avec l'espoir d'étoffer son palmarès.

En effet, en 2013, alors qu'il bouclait sa mention complémentaire en sommellerie, il remportait le Trophée Chapoutier du Meilleur élève sommelier en vins de France et, toujours la même année, s'imposait en finale du Trophée Colombo. En novembre 2016, il avait également participé à la phase finale du concours du Meilleur sommelier de France remporté par Gaëtan Bouvier.

Mais avant cela il a mené ses études avec le même succès. Déjà titulaire d'un bac technologique hôtelier et d'un BTS art culinaire et art de la table, il décrochait ensuite une licence commerce des vins et œnotourisme avant de se poser en Provence en particulier L'Oustau de Baumanière (**). Une expérience de neuf mois en Angleterre dans un deux étoiles Michelin du Lancashire, le Moor Hall With Room a complété la première phase de sa vie professionnelle.

A son retour en France, il a posé ses valises sur les bords du lac d'Annecy au sein de l'équipe du restaurant Yoann Conte (**) à Veyrier-du-lac.

Pourquoi avez-­vous choisi de participer au concours Master of Port ?
C’est un vignoble que j’ai toujours eu du mal à appréhender et à comprendre durant la préparation des différents concours que j’ai fait. C’est une région tellement riche qu’elle mérite vraiment de s’y consacrer profondément. Les sélections étaient donc un bon moyen d’acquérir de nouvelles connaissances et de vérifier ce que je savais et ne savais pas. Il est également un concours de haut niveau et permet de voir où j’en suis.
Que représente ce concours pour vous ?
Le Master of Port représente un certain prestige au vu des lauréats qui font l’histoire de ce concours. Les vins de Porto sont encore mal mis en avant et mal représentés sur le marché Français, je pense que nous devons mettre davantage à l’honneur ces vins et vignerons si spéciaux. De plus, les richesses des différents styles de porto offre une diversité d’utilisations et d’exécutions dans une salle de restaurant
Selon vous, quelles sont les qualités primordiales nécessaires pour gagner ?
Il y a des candidats qui ont concouru dans plusieurs finales. Ils montrent un niveau d’excellence déjà très haut !
Il faudra trouver une solution pour être aussi bon qu’eux le jour J. Une bonne culture générale peut faire la différence.
Que vous apporterait le titre ?
Le titre engage d’être Ambassadeur avec toutes les responsabilités liées à l’image du concours, le savoir faire, le savoir-­être, etc. Ce serait un bon moyen également pour appuyer la communication de l’entreprise où je travaille. Elle me porte et m’encourage à poursuivre dans les concours malgré le peu de temps libre que notre métier nous accorde.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article