Meilleur jeune sommelier de France : Florian Wunenburger douzième candidat au titre

Publié le par Jean Bernard

Florian Wunenburger.

Florian Wunenburger.

Ce dimanche 7 avril, les douze candidats retenus à l'issue de la première étape de sélection organisée fin janvier à travers la France, se retrouveront à Vertus, en Champagne, pour disputer la phase finale du concours du Meilleur jeune sommelier de France - Trophée Duval-Leroy.

Je vous propose de faire connaissance avec eux par ordre alphabétique. Aujourd'hui je boucle la présentation des prétendants au titre en vous permettant de faire connaissance avec Florian Wunenburger.

A 24 ans, Florian Wunenburger le dit lui-même, en se présentant à la sélection de ce concours, il voulait avant tout se tester. Un test qui lui a donné raison puisqu'il a décroché sa qualification pour la phase finale de l'épreuve. Dimanche, en tout début d'après-midi, accueilli à Vertus par le comité technique de l'UDSF et par Carol Duval-Leroy, il retrouvera donc les onze candidats retenus pour la demi-finale.

Lorrain, il a débuté sa formation professionnelle en obtenant un BTH et en enchaînant avec un BTS option art de la table et du génie culinaire en alternance au CFA du lycée Raymond-Mondon à Metz. Et comme le monde du vin suscite son intérêt, il part à l'autre bout de la France, direction Toulouse où il va décrocher son brevet professionnel sommellerie, toujours en alternance. Ce qui lui a permis de travailler pendant deux ans dans la salle de l'Amphytrion, le restaurant étoilé du chef Yannick Delpech.

S'il avait signé son tout premier CDD en tant que commis de cuisine d'un hôtel Ibis tout proche de Nancy puis effectué son premier apprentissage au sein de la Brasserie Flo nancéienne, son premier CDI lui permet, depuis septembre 2017 d'évoluer dans un univers bien différent. En effet, il a intégré le restaurant trois de Guy Savoy, à Paris, où il évolue notamment aux côtés du chef sommelier Sylvain Nicolas. Lequel l'a aidé au cours des dernières semaines à préparer l'épreuve dans les meilleures conditions possibles.

Et, qui sait, peut-être permettre à la Lorraine de connaître un nouveau succès quatre ans après celui de Pierre Jacob...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article