Meilleur sommelier de France : Pascaline Lepeltier sera finaliste

Publié le par Jean Bernard

Pascaline Lepeltier pendant l'épreuve de décantage et de service de la demi-finale. (Photo JB)

Pascaline Lepeltier pendant l'épreuve de décantage et de service de la demi-finale. (Photo JB)

Dimanche 11 novembre, dans le cadre du salon EquipHotel, à Paris, se disputera la finale du 30e concours du Meilleur sommelier de France organisé par l'Union de la Sommellerie Française. Je vous propose de mieux connaître les finalistes, ils seront cinq au total ce qui constitue une première. Aujourd'hui, voici Pascaline Lepeltier.

Depuis le début de l'année 2018, par la seule entremise des concours, Pascaline Lepeltier a accumulé des miles sur sa carte de fidélité à une compagnie aérienne. En janvier, elle a quitté New-York pour rejoindre Montpellier et la sélection du concours Un des meilleurs ouvriers de France. En mai, bonjour Paris pour se mesurer à une autre sélection, celle du concours du Meilleur sommelier de France. Qualifiée pour la demi-finale, elle a retrouvé la capitale française à la mi-septembre. Un bref retour sur les rives de l'Hudson et cette fois c'est près d'Aix-en-Provence qu'elle était attendue pour la finale du MOF.

Un succès savouré dans l'avion du retour vers les Etats-Unis. Pays qu'elle a quitté le temps d'un nouveau voyage transatlantique pour venir tenter un doublé MOF - MSF.

Des cinq professionnels qui seront présents ce dimanche après-midi sur la scène aménagée dans le cadre du salon EquipHotel, Pascaline Lepeltier est sans aucun doute la plus expérimentée. En effet, elle affiche trois participations en finale du concours du Meilleur sommelier de France (2008, 2010 et 2012). Elle est aussi, depuis le 1er octobre, la plus titrée puisque la voici lauréate du concours Un des meilleurs ouvriers de France. Une reconnaissance tricolore qui s'ajoute à celle obtenue aux Etats-Unis où elle est devenue, en 2014, la 21e femme a passer avec succès les épreuves du Master Sommelier. Et dire que si elle avait suivi sa première voie elle pourrait enseigner la philosophie...

Finalement elle a pris un grand virage pour entrer de plein pied dans l'univers du vin intégrant, après sa formation, le groupe Rouge Tomate à Bruxelles puis à New-York où elle est devenue une référence professionnelle. Désormais associée au sein du restaurant Racines, elle promeut avec passion le cépage chenin et les vignerons ligériens.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article