Sommellerie : suite de l'escapade bordelaise de l'association du Languedoc-Roussillon et vallée du Rhône sud

Publié le par Jean Bernard

Sommellerie : suite de l'escapade bordelaise de l'association du Languedoc-Roussillon et vallée du Rhône sud
Sommellerie : suite de l'escapade bordelaise de l'association du Languedoc-Roussillon et vallée du Rhône sud

Sommelière passionnée, Marie-Hélène Dal Cin était du voyage d'étude qui a conduit, pendant trois jours, les sommeliers du Languedoc-Roussillon et Vallée du Rhône Sud dans les vignobles du bordelais. Une escapade ponctuée par douze rencontres vigneronnes qui furent autant de temps forts. Elle en partage les souvenirs...

Une halte à Château Pédesclaux

"Nous voilà partis en direction du Château Pédesclaux (47 Ha), 5ème Grand Cru Classé, en AOC Pauillac, fondé en 1810 par Pierre Urbain Pédesclaux qui donna son nom au château et acquis en 2009 par Jacky Lorenzetti, créateur de l’agence immobilière Foncia, qu’il céda en 2008. Aujourd’hui, en plus de ce domaine, il possède également les Châteaux Lilian Ladouys et Haut-Milon. Vincent Bache-Gabrielsen, directeur technique du domaine, a présenté les 19 terroirs différents du Château Pédesclaux et fait visiter le chai, construit en 2014, où tout est fait pour que la gravité soit le mot d’ordre de tout acte de vinification. Il y même des ascenseurs gigantesques avec des cuves tampons permettant de réaliser cette gravité quel que soit le niveau du chai même pour le soutirage des 930 barriques en niveau moins 1. Nous pouvons également noter une œnothèque incomparable des vins du château où certaines cuvées ont été rachetées à des grands restaurants pour avoir des bouteilles du millésime 1934 jusqu’à nos jours…

Vient enfin le temps de la dégustation des millésimes 2011, 2012, 2014 à 2016 du Château Pédesclaux, assemblages suivant les années de Cabernets Sauvignon et Franc dominants avec du Merlot et Petit Verdot, et dégustation de Fleur de Pédesclaux, second vin, marqué lui par une majorité de cépage Merlot.

Puis à Léoville Poyferré

Nous avons continué notre périple avec le Château Léoville Poyferré, 2ème Grand Cru Classé, en AOP Saint-Julien de 80 Ha, dont l’existence du domaine initial est avérée depuis 1638 et qui subit de nombreuses divisions familiales à l’origine des Châteaux Léoville Barton, Léoville Las Cases et Léoville Poyferré. Ce dernier fut racheté en 1920 par la famille Cuvelier, dont les descendants sont les actuels propriétaires. Les vinifications sont traditionnellement bordelaises avec macération préfermentaire à froid et pour le grand vin des fermentations malo-lactiques en barrique. Depuis 2011, le tri de la vendange est maintenant réalisé par une machine de tri optique.

Sarah Cuvelier nous a rejoints pour la dégustation des vins du Château Moulin Riche, acquis en 1885, et Château Léoville Poyferré en millésimes 2013 et 2014, où nous retrouvons les mêmes cépages que lors du précédent domaine, à savoir Cabernets Sauvignon et Franc majoritaires et Merlot et Petit Verdot.

Et enfin à Peyrat Fourthon

Notre journée d’étude s’est achevée par la visite du Château Peyrat Fourthon, Cru Bourgeois de 23 Ha en AOP Haut-Médoc, propriété de la famille Narboni, deux frères gérant le domaine à quatre mains depuis 2004 à Saint-Laurent-en-Médoc. La vinification se fait en deux temps : un premier temps d’extraction jusqu’à une densité de 1035 environ puis un second temps de micro-oxygénation, technique souvent réalisée en bordelais.

Une dégustation de huit cuvées a finalisé notre visite avec le second vin, Les Demoiselles d’Haut Peyrat (millésimes 2014 et 2015), Château Peyrat Fourthon en 2015, 2012, 2010 et 2009 (magnum) puis nous avons clos cette découverte par la cuvée « Extrait d’Haut-Peyrat » en 2010 et 2009, élaborée que lors des grands millésimes : FA lente de 15 à 17 jours, FML en barrique, élevage de 36 à 40 mois en barriques neuves (2 fonds de chauffes différentes).

Une soirée tout en douceur

De belles rencontres qui ont alimenté les discussions sur la route du retour vers l'Hôtel Restaurant "Le Pont Bernet", chez notre ami Jean-Christophe Olivier, président de l'UDSF Bordeaux-Aquitaine. Celui-ci a convié au dîner, Xavier Gonet, propriétaire avec son épouse Julie Médeville, de Champagne Gonet-Médeville (10 Ha), Château Respide-Médeville (55 Ha) en AOC Graves, Château des Eyrins (2,90 Ha) en AOC Margaux et du Château Les Justices (8 Ha à Preignac, assemblage de Sémillon et d’une pointe de Muscadelle botrytisés) et du très réputé Château Gilette (4,5 Ha, uniquement 6 000 bouteilles lors des grands millésime, vin passant 20 ans en cuve en béton avant d’être mis en bouteille) en AOP Sauternes."

A suivre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article