Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !

Publié le par Jean Bernard

Les candidats et membres du comité technique réunis à l'issue des épreuves de la demi-finale. Photo JB

Les candidats et membres du comité technique réunis à l'issue des épreuves de la demi-finale. Photo JB

Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !
Master of Port : après les ateliers, voici venue l'épreuve de patience !

Quel après-midi de concours ! Entrés en compétition à 14 heures, les onze demi-finalistes de la 17e édition du Master of Port n'en ont terminé que peu avant 19 heures...

Et après les épreuves, ils ont testé leurs connaissances pratiques dans deux ateliers. Le premier les inviter à réfléchir face à une problématique finalement assez simple : un client, heureux possesseur d'une bouteille de Porto Sandeman 40 ans, sollicitait des conseils d'accords avec différents produits. En l'occurrence un cigare, un plat, un dessert (avec le handicap que constitue une allergie au chocolat et aux fruits rouges) et un fromage. Client qui laissait également la porte ouverte à l'imagination avec un accord inédit sans plus de précision.

Ils ont séché sur le Lagrima

Dans l'autre atelier, quatre verres étaient proposés à la dégustation. Ensuite il convenait de placer chacun devant sa bouteille d'origine. Particularité il s'agissait de quatre tawny 20 ans d'âge. Là, personne n'a imaginé ou retrouvé un ordre qui était identique à celui de la présentation des bouteilles.

Un cinquième devait s'accompagner d'une dégustation professionnelle. Autrement dit le produit était à commenter intégralement (oeil, nez, bouche) puis à identifier sans oublier de préciser, température de service, choix de la verrerie et accords avec des mets. Personne n'a reconnu ce vin. Une majorité s'est orientée vers un Porto rosé alors qu'il s'agissait d'un Lagrima de la maison Ramos Pinto.

L'après-midi s'est achevé avec l'épreuve de cocktail. Les candidats ont tous fait preuve d'originalité sachant qu'ils n'avaient qu'une seule contrainte, il fallait marier vin de Porto et vin effervescent.

Bien "lessivés", les candidats ont eu ensuite quartier libre. Le début d'une longue épreuve de patience puisque les noms des quatre sommeliers restant en compétition ne seront connus que ce lundi 16 octobre à 14 heures, juste avant que ne débute la finale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article