Master of Port : Mélissa Lezin va découvrir le frisson d'une phase finale de concours

Publié le par Jean Bernard

Mélissa Lezin évolue dans le Bordelais mais a beaucoup d'affection et de curiosité pour les vins de Porto. Photo JB

Mélissa Lezin évolue dans le Bordelais mais a beaucoup d'affection et de curiosité pour les vins de Porto. Photo JB

Julia Scavo ne sera donc pas la seule sommelière présente en phase finale de la 17e édition du Master of Port, les 15 et 16 octobre prochain. Mélissa Lezin, elle aussi, tentera de bousculer une hiérarchie très masculine jusqu'alors. En effet, depuis le succès initial de Serge Dubs en 1988, aucune professionnelle du vin n'est parvenue à inscrire son nom au palmarès.

Le challenge est donc de taille mais celle qui a également la danse pour passion est prête à relever le défi alors que pour la première fois elle se retrouve en phase finale d'un grand concours de sommellerie.

Il faut dire que son parcours ne manque pas d'originalité. En effet, ce n'est que bien après avoir bouclé des études universitaires qu'elle s'est orientée vers une formation spécifique au monde du vin. Au Cafa de Bordeaux elle a obtenu un diplôme de conseiller en sommellerie avant de se lancer dans le WSET, décrochant le niveau II avec la mention "merit". Mais entre temps, elle a travaillé dans différents établissements bordelais avant de rejoindre Paris au sein des Hôtels Costes puis Bruxelles pour une nouvelle expérience.

De retour dans sa région, Mélissa a élargi le champ de ses connaissances en rejoignant le château Marquis de Terme à Margaux où elle a suivi un stage de vinification et de la conduite de la vigne, de la vendange à l'embouteillage. Très active et touche à tout, elle s'est un temps posée au Pont-Bernet, un hôtel-restaurant, toujours dans le Médoc où elle a pu profiter des conseils de Jean-Christophe Olivier, le président des sommeliers de Bordeaux.

Depuis quelques semaines, elle est en poste au sein de la Cave arts et vins, toujours à Bordeaux et c'est là qu'elle a prépare le grand rendez-vous parisien.

Pourquoi avez-vous choisi de participer au concours Master of Port dont la demi-finale se disputera ce dimanche 15 octobre à Paris et la finale le lendemain ?
Dans un premier temps, pour partager un style, une vision, des valeurs. Ensuite, par soucis d’enrichir ma palette de connaissances. Ce concours sonne comme un « leitmotiv » pour approfondir mon savoir sur le vin de Porto, produit inhérent à la réussite de mon métier. Les rencontres et surtout les nouveaux échanges sont également des éléments qui m’ont poussée à participer tout comme la découverte du « monde des concours » que je vais entrevoir pour la première fois. Enfin, il ne faut pas oublier le simple plaisir de « parler » du vin de Porto (et de la culture Portugaise) : un produit si méconnu et pourtant si riche en histoire et en saveurs.
Que représente ce concours pour vous ?
Ayant soif de me nourrir continuellement, le Master of Port, m’est apparu clairement comme l’occasion de me spécialiser dans mon domaine et, en particulier, sur les spécificités du Portugal afin de pouvoir transmettre, de manière la plus réaliste possible. C’est un joli prétexte pour que mon entourage, proche ou éloigné, se questionne au sujet du Porto et de son univers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article