Master of Port : Yohan Nguyen est le benjamin du concours 2017

Publié le par Jean Bernard

Finaliste du concours du Meilleur jeune sommelier de France, Yohan Nguyen confirme son goût pour les concours. Photo JB

Finaliste du concours du Meilleur jeune sommelier de France, Yohan Nguyen confirme son goût pour les concours. Photo JB

A quelques jours de fêter son 28e anniversaire, Yohan Nguyen aimerait goûter une nouvelle fois à la tension et au plaisir de disputer la finale d'un grand concours de sommellerie. Car les frissons qui accompagnent l'annonce de son nom par le président de l'UDSF ou le directeur des concours, il a déjà connu cela il y a deux ans. C'était à Bordeaux à l'occasion du concours du Meilleur jeune sommelier de France - Trophée Duval-Leroy. Ce jour-là il avait à ses côtés Pierre Jacob, le futur vainqueur, Quentin Vauléon qui s'est imposé cette année dans ce même concours, et Edmond Gasser. Mais avant d'en arriver à cette annonce et de débuter, ou non, aussitôt la finale en public, il faut d'abord franchir l'étape de la demi-finale. Laquelle se tiendra à huis-clos ce dimanche à Paris.

Pour préparer cette échéance, Yohan Nguyen a livré depuis plusieurs semaines un travail personnel. Il a également profité des conseils de Romain Iltis, son chef sommelier à La Villa René-Lalique en Alsace, lui-même vainqueur du Master of Port en 2008.

Expériences étrangères et dans la vigne

Avant de rejoindre cet établissement doublement étoilé, le plus jeune des onze demi-finalistes a fait preuve de beaucoup de curiosité multipliant les découvertes de restaurants tant en France qu'à l'étranger, essentiellement au Luxembourg mais aussi lors d'une escale de quelques mois aux Seychelles au sein du groupe Constance ainsi qu'en Espagne. Il s'est également initié aux métiers de la vigne aux côtés de Philippe Nusswitz sommelier et vigneron en Languedoc.

Lorrain, il a franchi la ligne bleue des Vosges pour rejoindre d'abord la brigade de salle du Chambard (2* Michelin) à Kaysersberg avant, donc, de redécouvrir l'univers gastronomique de Jean-Georges Klein qu'il avait auparavant connu à L'Arnsbourg. En 2009, alors qu'il avait déjà acquis beaucoup d'expérience du service en restaurant, il a rejoint le lycée Le Castel de Dijon pour suivre les cours de mention complémentaire sommellerie. Il a enchaîné ensuite avec un BTS "métiers des arts de la table et culinaire" au lycée Raymond-Mondon de Metz. Il était prêt alors à s'épanouir dans le monde de la sommellerie et donc de ses concours.

 

Pourquoi avez-vous choisi de participer au concours Master of Port dont la demi-finale se disputera ce dimanche 15 octobre à Paris et la finale le lendemain ?
Avant tout, j’ai participé au concours pour le plaisir mais également pour le challenge. Il faut pouvoir se fixer des objectifs afin de se surpasser. Le métier de sommelier nous pousse à apprendre chaque jour, les connaissances à acquérir sont illimitées. Les concours aident en ce sens également.
Que représente ce concours pour vous ?
Les vins de Porto sont encore peu connus du public. Je pense que tous les candidats et moi-même sommes là pour le promouvoir. Ce concours représente un défi ou l’on essaie d’être le meilleur et un ambassadeur du vin de Porto.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article