Master of Port : Yann Satin fidèle parmi les fidèles du concours

Publié le par Jean Bernard

Yann Satin aime le Porto et voudrait bien concrétiser cette passion avec un titre. Photo JB

Yann Satin aime le Porto et voudrait bien concrétiser cette passion avec un titre. Photo JB

Yann Satin n'est pas du genre à renoncer facilement. Dimanche, il disputera les premières épreuves de la phase finale du Master of Port pour la quatrième fois. "Mais je n'ai pas l'intention de devenir le Poulidor du concours", avoue-t-il en souriant. On peut donc imaginer que parallèlement à son activité de chef sommelier du restaurant du restaurant étoilé "Le Pavillon" au sein de l'hôtel Westminster Barrière à Le Touquet-Paris-Plage, il a pu parfaitement préparer ce rendez-vous.

Originaire de Soissons, c'est dans le monde du vin et non du vase que Yann Satin s'est affirmé. Titulaire d'un BTS arts de la table et du service, il s'est formé au métier de sommelier au fil de ses expériences professionnelles essentiellement concentrées dans le Nord de la France et la Belgique.

En 2000, à Bruxelles, il obtient ainsi son premier poste au restaurant 'Bruneau', alors triplement étoilé. Responsabilité qu'il n'a plus quittée depuis, que ce soit au 'Sanglier des Ardennes' à Durbuy, toujours en Belgique, ou donc au restaurant 'Le Pavillon' dont il est le chef sommelier depuis 10 ans.

Meilleur sommelier de Belgique en 2005, il a, comme élève puis comme professionnel, participé à de nombreux concours et court toujours après ce rêve de devenir Master of Port.

Pourquoi avez-vous choisi de participer au Concours Master of Port dont la demi-finale se disputera ce dimanche 15 octobre à Paris et la finale le lendemain ?
Déjà par attrait à ce magnifique vin qu’est le Porto. C’est souvent un vin de réflexion, une gourmandise qu’on méconnait. Ensuite, pour me permettre de progresser et de développer mes connaissances sur ce vin.
Que représente ce Concours pour vous ?
C’est un concours de niveau national voire international. C’est aussi la possibilité de juger mes connaissances, d’avoir une reconnaissance aussi du Monde de la Sommellerie sur le travail que je fais, et sur cette passion que représente le Vin de manière générale et ici, plus précisément, le Porto.
C’est aussi la possibilité de mettre en avant la Sommellerie et de faire découvrir notre métier. On parle souvent de la cuisine et des Chefs mais toujours très peu de la salle et du personnel qui y exerce. La reconnaissance d’une clientèle est aussi une satisfaction en soi, par le plaisir que nous allons leur apporter. Nous, comme les cuisiniers, sommes simplement des Vecteurs de plaisir. Ce concours m’a permis aussi de découvrir un pays fantastique ainsi que ses habitants au travers de mes séjours sur place.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article