Master of Port : Frédéric Woelfflé, l'homme de la côte

Publié le par Jean Bernard

Frédéric Woelfflé est tombé sous le charme de la vallée du Douro. Photo JB

Frédéric Woelfflé est tombé sous le charme de la vallée du Douro. Photo JB

S'il affirme fièrement ses attaches avec l'Alsace, Frédéric Woelfflé n'est pas pour autant issu des établissements de formation préparant au métier de sommelier dans cette région. Ce sont donc les hasards de la vie qui l'ont conduit à découvrir les métiers de la restauration dans l'Yonne, de poursuivre ses études à Dijon, d'acquérir un nouveau diplôme dans l'Ain et de conclure par une mention complémentaire sommellerie en Savoie...

Apprenti pendant trois ans du restaurant Ermitage Corton à Chorey-lès-Beaune, il a eu le temps d'apprendre la Bourgogne avant de décrocher son premier poste de commis sommelier à Vonnas, dans le restaurant triplement étoilé de Georges Blanc. Avec la volonté d'améliorer son vocabulaire tout en vivant une expérience à l'étranger, il a rejoint, comme beaucoup d'autres professionnels français, le restaurant Le Gavroche, à Londres.

Et au moment de retrouver la France, c'est vers le soleil de la Côte d'Azur qu'il a mis le cap. Au Domaine de Terre Blanche, le Four seasons Provence, il a accompagné la montée en gamme du restaurant gastronomique. Un séjour de quatre ans qui a donc précédé son arrivée à Monte Carlo. Là, depuis novembre 2009 il occupe le poste de chef sommelier de l'Hôtel Métropole qui compte deux restaurants étoilés portant la signature de Joël Robuchon. L'un d'inspiration japonaise, l'autre plus classique. Deux univers qui sont une invitation à mettre en oeuvre toute son expertise de sommelier.

Pourquoi avez-vous choisi de participer au concours Master of Port dont la demi-finale se disputera ce dimanche 15 octobre à Paris et la finale le lendemain ?
J’ai découvert il y a quelques années le vignoble du Douro, ainsi que ses vins lors d’un voyage avec des amis. Je suis alors tombé amoureux de cette région, des paysages et des Portos. Cette échappée m’a donné envie d’enrichir mes connaissances sur l’univers des vins de Porto.
Que représente ce concours pour vous ?
Le concours représente pour moi une occasion d’approfondir mes connaissances sur l’univers du Porto. Il me permet également de m’imposer un travail quotidien axé sur la dégustation et les accords mets et vins. Je crois que l’obtention du titre de « Master of Port » doit être synonyme de changement car il permet d’avoir une visibilité accrue vis-à-vis de la profession, des clients, mais aussi médiatiquement. Pour moi, il passerait par une mise en lumière différentes des vins de Porto dans les restaurants dont je m’occupe actuellement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article