Sommellerie : Pascaline Lepeltier côté jury lors du concours canadien

Publié le par Jean Bernard

John Szabo, Pascaline Lepeltier, Pier-Alexis Soulière, Carl Villeneuve Lepage, Steven Robinson et Véronique Rivest. (Photo DR)

John Szabo, Pascaline Lepeltier, Pier-Alexis Soulière, Carl Villeneuve Lepage, Steven Robinson et Véronique Rivest. (Photo DR)

Carl Villeneuve Lepage est le nouveau Meilleur sommelier du Canada. Photo archives JB

Carl Villeneuve Lepage est le nouveau Meilleur sommelier du Canada. Photo archives JB

Au Canada, comme ailleurs dans les pays du continent américain, on prépare le prochain concours du Meilleur sommelier des Amériques prévu en mai prochain au Québec. Et pour désigner les candidats, deux par pays, rien de mieux que les épreuves nationales. C'est donc à Vancouver que les neuf candidats en lice pour le titre de Meilleur sommelier du Canada 2017 avaient rendez-vous.

Et c'est là que les deux professionnels portant les couleurs de la province du Québec ont raflé les deux premières places au terme de la finale Le titre est revenu à Carl Villeneuve Lepage, sommelier chez "Toqué" à Montréal (Meilleur sommelier du Québec 2014) devant Pier-Alexis Soulière, sommelier chez "Manresa Restaurant" à Los Gatos en Californie (Meilleur sommelier du Québec 2017) et Steven Robinson, sommelier chez "Atelier Restaurant" à Ottawa (Meilleur sommelier de l’Ontario en 2014).

Juge au service et à la dégustation

Une finale suivie avec un intérêt particulier par Pascaline Lepeltier, la sommelière française en poste jusqu'à ces derniers jours au restaurant "Rouge Tomate" à New-York. "J'ai été invité à participer au jury par la présidente de l'association des sommeliers de Colombie-Britannique", explique celle qui a rejoint la famille des Master Sommelier. "Je faisais équipe avec Véronique Rivest et John Szabo et j'avoue que cela m'a permis d'aborder avec un regard différent le contexte d'un concours. J'ai découvert la préparation et je me suis efforcée d'apporter mon expérience pour faire un peu évoluer la grille de notation et être la plus objective possible."

Finaliste à trois reprises du concours du Meilleur sommelier de France (2008, 2010 et 2012) celle qui est également l'ambassadrice du chenin outre-Atlantique, a découvert avec intérêt que les épreuves, tant en demi-finale qu'en finale ne se disputaient pas dans la langue maternelle du candidat. "Et les francophones ont prouvé qu'ils maîtrisaient mieux l'anglais que leurs adversaires le français. Mais globalement le niveau de ce concours était excellent."

Les concours, elle y pense toujours

De quoi raviver une petite flamme, si tant est que ce fut nécessaire. "Personnellement, les concours en France je n'ai pas tiré un trait dessus. Simplement, je veux m'y engager en sachant que c'est possible... Le but, ce n'est pas le concours mais plutôt d'élever le niveau global d'une profession. Pour y parvenir à New-York, il n'y a pas besoin de compétition. Mais lorsque nous nous retrouvons, l'émulation est très forte. Il en est de même pour l'entraide. Nous ne sommes pas concurrents, nous voulons progresser ensemble."

La mégapole américaine accueille sans doute une bonne vingtaine de sommeliers français. "Je pense que l'on pourrait créer une dynamique de relations avec la France sous la forme d'échanges d'informations. Cela ne peut être que bénéfique. Ici, même si aucune association ne semble pour l'instant en mesure d'intégrer l'Association de la sommellerie internationale, le niveau est exceptionnel et nous avons peut-être à apprendre de cette approche américaine du métier."

En attendant, Pascaline Lepeltier a choisi de prendre un peu ses distances avec le travail en salle au quotidien. Elle a donc quitté "Rouge Tomate" après presque neuf ans de collaboration et une très forte reconnaissance professionnelle et médiatique. "Je vais m'accorder une pause jusqu'au début de l'année prochaine. Mais pour moi, l'avenir sera encore ici."

Ce qui ne l'a pas empêchée de mettre le cap sur le Val de Loire pour des journées de vendanges chez des amis vignerons. Une région qu'elle retrouvera quelques semaines plus tard avec un groupe d'étudiants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article