Meilleur jeune sommelier de France : retour en images sur la finale et le succès de Quentin Vauléon

Publié le par Jean Bernard

Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard
Photos Jean Bernard

Photos Jean Bernard

En 1979, à Reims, Pierre Paillardon devenait le premier Meilleur jeune sommelier de France de l'histoire. Ce mardi 27 juin, sur la scène du Théâtre de Paris, Quentin Vauléon qui évolue depuis un an au sein de l'équipe de salle du Pavillon Ledoyen, sur les Champs Elysées, a rejoint au palmarès tous ceux qui ont marqué l'histoire de ce concours. Garçon discret, professionnel apprécié, le jeune Breton a signé une performance marquée par la régularité au cours d'une finale qui a abordé différents aspects du métier.

Là où ses adversaires qui sont aussi devenus des amis au cours de ces deux jours passés ensemble, ont parfois eu des difficultés à tenir la distance, lui a enchaîné les ateliers sur le même tempo. Il n'empêche, Bastien Debono (Oustau de Baumanière), Corentin Meyer (Relais Bernard Loiseau) et Aymeric Pollenne (The Lanesborough) ont prouvé qu'il avaient toute leur place à ce niveau et mérité les félicitations des sept autres candidats pour qui l'aventure s'est achevée au terme de la demi-finale.

Et tous auront sans doute l'occasion de revenir au premier plan dès 2018 avec les sélections du concours Un des meilleurs ouvriers de France puis du Meilleur sommelier de France.

Commenter cet article