Le chef de l'Elysée en campagne pour promouvoir les métiers de la restauration

Publié le par Jean Bernard

Le chef Guillaume Gomez, MOF depuis 2004, a été au centre de centaines de photos pendant son passage en Lozère.  © Jean Bernard

Le chef Guillaume Gomez, MOF depuis 2004, a été au centre de centaines de photos pendant son passage en Lozère. © Jean Bernard

Guillaume Gomez n'est pas un chef de cuisine comme les autres. Si les grands de ce monde s'installent à sa table, c'est parce qu'ils sont les hôtes du Président de la République. "Mais comme dans un restaurant traditionnel, on travaille pour donner du plaisir à ceux que nous servons en mettant le plus possible en avant les produits des terroirs français", a-t-il expliqué à son jeune auditoire. Car le temps d'une journée, Guillaume Gomez est venu porter la bonne parole de la passion et du travail aux élèves du lycée hôtelier Sacré Coeur, à Saint-Chély d'Apcher, en Lozère.

En effet, celui qui dirige une brigade de 28 personnes, autour des fourneaux d'une cuisine située dans les sous-sols du Palais de l'Elysée, a été choisi cette année pour être le parrain de la promotion 2016-2017. Et c'est à eux qu'il a distillé ses conseils avec enthousiasme, expliquant que le choix de devenir cuisinier remonte à son enfance. "A 14 ans, j'ai eu la chance de croiser la route qui ne m'ont pas dégoûté de ce métier et au contraire m'ont transmis la passion."

Il a également reconnu que "ce métier va vous demander tellement de sacrifices au début mais il va vous apporter tellement de bonnes choses plus tard".

Avant de répondre aux questions des élèves il a conclu : "S'épanouir dans son métier, c'est se donner les moyens de ses ambitions..."

Remise des prix du concours des meilleurs rapports de stage (palmarès ci-dessous) et photo avec les élèves constituant la promotion Guillaume Gomez ont précédé le déjeuner réalisé dans les cuisines du lycée hôtelier.

© Jean Bernard
© Jean Bernard
© Jean Bernard
© Jean Bernard
© Jean Bernard
© Jean Bernard
© Jean Bernard
© Jean Bernard
© Jean Bernard

© Jean Bernard

Commenter cet article