Trophée Mumm 2017 : la finale des sommeliers en images

Publié le par Jean Bernard

Il faudra attendre encore un peu pour connaître le nom du vainqueur 2017.  © Jean Bernard

Il faudra attendre encore un peu pour connaître le nom du vainqueur 2017. © Jean Bernard

Cinq candidats ont été retenus à l'issue des épreuves de sélection disputées le 9 janvier dernier.  © Jean Bernard
Cinq candidats ont été retenus à l'issue des épreuves de sélection disputées le 9 janvier dernier.  © Jean Bernard
Cinq candidats ont été retenus à l'issue des épreuves de sélection disputées le 9 janvier dernier.  © Jean Bernard
Cinq candidats ont été retenus à l'issue des épreuves de sélection disputées le 9 janvier dernier.  © Jean Bernard
Cinq candidats ont été retenus à l'issue des épreuves de sélection disputées le 9 janvier dernier.  © Jean Bernard

Cinq candidats ont été retenus à l'issue des épreuves de sélection disputées le 9 janvier dernier. © Jean Bernard

Ce lundi 27 mars, pour les cinq candidats sélectionnés dans la catégorie sommellerie - Anne-Laure Flamand (Marseille), Jules Herrmann (Illkirch-Graffenstaden), Louise Anne Ruhlmann (La Rochelle), Jules Plats (Talence), Manon Dufayet (Chamalières) - , la finale débutait par une épreuve d'accord mets-vin. Au menu, un fois gras mi-cuit et le choix entre trois vins de la maison G.H. Mumm, à savoir le Mumm 6, un champagne ayant bénéficié d'un vieillissement de six ans en cave, un Blanc de Blanc de Cramant et un demi-sec. A chacun d'exprimer, selon sa sensibilité, quel mariage s'avérait le plus juste.

Trois verres de champagne étaient ensuite destinés à être dégustés, commentés et, surtout, identifiés.

Il s'agissait alors pour les candidats de se montrer précis dans la reconnaissance de chaque cuvée, toute erreur entraînant la perte des points acquis dans la première partie de cette épreuve. De plus, le jury attendait un ensemble d'informations précises : les cépages ayant servi à l'assemblage, le dosage en sucre sans oublier de proposer des accords mets-vin. Des questions complétaient ce deuxième atelier, une sur les différentes régions viticoles du vignoble champenois, une sur la plus belle expérience de dégustation d'un champagne connue par l'élève sommelier et la dernière sur la possibilité d'accompagner l'ensemble d'un repas au champagne.

Dans le contexte d'un restaurant, les candidats concluaient par le service d'une bouteille de champagne et devaient se prêter au jeu de nouvelles questions, certaines liées à l'œnotourisme et d'autres en anglais. Enfin, autour de ce champagne, le finaliste devait proposer un menu à ses trois clients.

Au total, 45 minutes étaient accordées à l'ensemble de ces trois ateliers.

L'après-midi, place aux élèves barmen !

Pour les résultats, il faudra être patient, l'annonce n'étant prévue que dans la soirée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article