Meilleur sommelier de France 2016 A la rencontre de Florent Martin

Publié le par Jean Bernard

© Jean Bernard

© Jean Bernard

Florent MARTIN (Restaurant Le Cinq, George V, Paris) disputera le 6 novembre 2016, la demi-finale du concours du Meilleur sommelier de France. Voici quelques éléments pour mieux le connaître.

Remporter un titre majeur dans le petit monde de la sommellerie française n'est pas simple, Florent Martin peut en témoigner. Il a pourtant débuté par une victoire alors qu'il était encore en formation au lycée Finosello d'Ajaccio. La Coupe Georges-Baptiste en poche, un concours qui valorise l'art du service, il s'est concentré sur son parcours professionnel tout en se présentant à toutes les phases de sélection. Après un stage à l'Auberge de l'Ill où il travaillait avec Serge Dubs, Meilleur sommelier du monde 1989, il file au Louis XV à Monaco, s'exile pendant une année à Londres au Claridge's Hôtel afin de maîtriser la langue anglaise. « J'ai pu découvrir la cuisine de Gordon Ramsay avant de retrouver celle d'Alain Ducasse toujours au Louis XV. » Un séjour de deux ans qui précédait son arrivée à Paris au sein de l'équipe du fameux George V.

Et donc, tout au long de ce parcours, Florent Martin a démontré un solide esprit de compétition. Demi-finaliste du Meilleur sommelier de France en 2010, c'est dans le cadre majestueux de l'abbaye de Fontevraud qu'il assistait en spectateur au succès de Benjamin Roffet. Mais depuis, c'est dans le costume d'un vainqueur potentiel de cette même épreuve qu'il évolue en atteignant à chaque fois la dernière étape des concours. Finaliste malheureux en 2012 à Marseille puis en 2014 à Beaune, il a bien malgré lui validé l'expression « Jamais deux sans trois » lors de l'édition 2015 du Meilleur ouvrier de France.

Cette fois, à 29 ans, il veut mettre à profit son expérience pour entrer pleinement dans la lumière des projecteurs...

Son appellation du Sud-Ouest préférée : « J'ai un penchant pour Fronton. J'aime l'expression à la fois insolite et délicate du cépage régional qu'est la négrette. »

Son vin du Sud-Ouest coup de cœur : « Là, je change de vignoble et me rends sur Cahors où j'ai découvert avec beaucoup d'intérêt la cuvée La Marguerite du domaine Cosse Maisonneuve dont le premier millésime est tout récent, 2011. »

Commenter cet article