Meilleur sommelier de France 2016 A la rencontre de Gaëtan Bouvier

Publié le par Jean Bernard

 © Jean Bernard

© Jean Bernard

Gaëtan Bouvier (La Villa Florentine, Lyon), disputera le 6 novembre 2016, la demi-finale du concours du Meilleur sommelier de France. L'occasion de mieux le connaître.

Un éternel sourire aux lèvres, Gaëtan Bouvier, tout juste 32 ans, est aussi fier qu'attaché à ses origines rurales. Mais plutôt que produire des fromages de chèvres fermiers comme son papa, dans l'exploitation familiale à Thodure, dans l'Isère, lui a préféré partir à la découverte d'un tout autre univers, même s'il est tout aussi gourmand. Résultat, il a décroché un BTS cuisine à l'école hôtelière Lesdiguières de Grenoble. « Maman, professeur des écoles, croyait fermement au pouvoir de l'éducation ! »

Aujourd'hui, il ne peut pas regretter d'avoir été respectueux puisque cette expérience du travail aux fourneaux s'avère très utile dans son métier de sommelier. Car finalement, c'est le monde du vin qui l'attirait. Et le voilà parti pour une année supplémentaire de formation afin de décrocher une mention complémentaire qui lui a ouvert les portes du Royal Evian resort puis du Majestic Barrière à Cannes et enfin de La Villa Florentine dont il est le chef sommelier. En parallèle, il est également acheteur pour le groupe Arteloge

Pour lui, 2015 a été une belle année. Sacré sommelier de l'année lors des Trophées de la gastronomie et des vins, il s'est également illustré en concours en se hissant en finale du Master of Port. Mais en 2016, il veut faire beaucoup mieux et monter sur la plus haute marche du podium. « Ce titre de Meilleur sommelier de France, j'en rêve toutes les nuits ! »

Son appellation du Sud-Ouest préférée : « Fronton, car je trouve que la négrette offre de la fraîcheur et un caractère floral au vin. Elle joue un véritable rôle d'éponge du terroir. Elle invite le sol dans le verre ! »

Son vin du Sud-Ouest coup de cœur : « Dans l'appellation Fronton, bien entendu, la cuvée ''Tot ço que cal'' 2011 du Château Plaisance de Marc Penavayre. »

Commenter cet article