Meilleur sommelier du monde : suite des confidences de David Biraud

Publié le par Jean Bernard

Meilleur sommelier du monde : suite des confidences de David Biraud

Candidat de la France, le sommelier du Mandarin Oriental Paris, poursuit son analyse du concours mondial disputé en Argentine. Voici les confidences de David Biraud sur le vainqueur, la finale dans son ensemble et l'image laissée par les trois derniers candidats en compétition.

Commenter cet article

Jean-Charles 28/04/2016 10:17

Très belle analyse de David Biraud….

Ce fut un beau championnat mais le métier de sommelier ne se résume pas faire des concours . Mais j’espère un jour voire les grands sommeliers portes drapeaux de notre métier, de notre patrimoine la gastronomie, de nos valeurs gustatives aux portes de L’ANPAA défendre notre patrimoine le vin, notre culture en exigeant dissoudre cette honteuse association et en la transformant en educ’alcool (comme au Québec) ou mettant la pression sur le gouvernement soit qui autorise la publicité pour le vin soit qui interdit la publicité des sodas qui rendent les jeunes obèses et qui les détournent du vin…tous les jours, j’interdis des clients de boire deux alcools différents en même temps (vins et bière), tous les jours je pleure quand le client boit du vin et du soda en même temps. Tous les jours, je défends une certaine viticulture qui protège nos enfants des pesticides (très content de voire que Mr FARGES veut sortir Bordeaux des pesticideshttp://www.sudouest.fr/2016/04/25/sortir-des-pesticides-est-l-objectif-des-vins-de-bordeaux-annonce-bernard-farges-2341092-713.php)….Car je n’ai pas envie dans 30 ans que ce beau métier de viticulteur ne se resume pas qu’aux grandes étiquettes et aux levures exogènes, je n’ai pas non plus envie de voire le mot sommelier disparaître des restaurants et seulement de les apercevoir comme consultant. Le vin est synonyme de culture, de richesse, de valeur et de protection du patrimoine……Je suis content aussi de voire une femme en finale, car le vin n’est pas le monopole de l’homme…vous me direz la connerie non plus