Concours A.S.I. du Meilleur sommelier d'Asie Océanie : le détail des épreuves

Publié le par Jean Bernard

Banjo Harris Plane (Australie), Hiroshi Ishida (Japon) et Ho Pong Wallace Lo (Chine) sur le podium final.  © Jean Bernard
Banjo Harris Plane (Australie), Hiroshi Ishida (Japon) et Ho Pong Wallace Lo (Chine) sur le podium final. © Jean Bernard

Quart de finale et demi-finale le même jour, puis une finale en public : voici en quelques images les étapes qui ont conduit Hiroshi Ishida (Japon), Ho Pong Wallace Lo (Chine) et Banjo Harris Plane (Australie) en finale de la troisième édition du concours A.S.I. du Meilleur sommelier d'Asie Océanie organisée à Hong Kong.

De façon classique, le concours A.S.I. a débuté par la dégustation à l'aveugle d'un riesling du domaine Trimbach (Alsace) et un carménère 2013 de Montes Alpha (Chili). Puis les candidats devaient identifier des eaux de vie et spiritueux présentés devant eux dans des verres noirs. Ils s'agissait de : Martini rosso, Cherry Heering, The Famous Grouse et Calvados.

L'épreuve suivante était un atelier de service d'une bouteille de champagne Moët & Chandon brut impérial. Deux types de verres étaient proposés et parmi ceux qu'il fallait choisir, issus de la collection Reveal'Up de Chef&Sommelier. Malheureusement certains n'étaient pas totalement revenus parfaitement propres de la plonge. Il convenait donc au candidat de bien les vérifier. Malheureusement, beaucoup n'ont pas vu le piège ! Mais on jugeait également l'attitude, l'organisation, la vitesse et le professionnalisme et l'élégance.

Cinq ateliers en demi-finale

Neuf sommeliers ont été retenus pour la demi-finale :

Banjo Harris-Plane (Australie), Ho Pong Wallace Lo (Chine), Yang Lu (Chine), Jung Hoon Lee (Corée du Sud), Hiroshi Ishida (Japon), Akihiko Nosaka (Japon), Yew Kong Han (Malaisie), Michael Bancks (Nouvelle Zélande), Alvin Gho Weijie (Singapour).

Ils ont commencé par la description organoleptique et l'identification d'un vin Torbreck woodcutter's shiraz (Barossa Valley, Australie), puis devaient procéder à la description commerciale d'un Bourgogne Pinot noir 2011Bader-Mimeur (France) comme s'ils étaient devant des clients dans leur restaurant. Ensuite leur était proposé une portion de travers de porc caramélisé et aux épices. A chacun de dire quel vin s'associait le mieux avec le plat et pourquoi. Mais ils devaient également expliquer pourquoi l'autre ne s'accordait pas. Enfin, quatre eaux de vie et spiritueux, à nouveau dans des verres noirs, étaient à identifier : London dry gin, vodka Absolut citron, Jagermeister, Tequila reposado.

Gestion de carte et service

Dans une autre salle, une dernière série d'épreuves ponctuait la sélection des futurs trois finalistes. Il était question de gestion avec une carte des vins (4 blancs et autant de rouges) qu'il fallait contrôler (en 2 minutes) avant de revenir devant le jury pour signaler les erreurs sans avoir pris la moindre note.

Ensuite, les deux clients demandaient le service, après carafage d'un Silenzi 2011. Une opération à réaliser en cinq minutes en évitant le piège du mauvis choix de bouteille. Trois étaient proposées avec des millésimes différents. Il fallait donc être concentré tout en pensant au chronomètre...

Commentaire de dégustation par écrit et questionnaire ont lancé le concours.  © Jean Bernard

Commentaire de dégustation par écrit et questionnaire ont lancé le concours. © Jean Bernard

Le temps imparti, 3 minutes, a conduit des candidats à prendre les verres sans contrôler leur propreté.  © Jean Bernard

Le temps imparti, 3 minutes, a conduit des candidats à prendre les verres sans contrôler leur propreté. © Jean Bernard

Les candidats ont souvent oublié la dimension commerciale de la seconde partie de la dégustation en demi-finale. © Jean Bernard

Les candidats ont souvent oublié la dimension commerciale de la seconde partie de la dégustation en demi-finale. © Jean Bernard

Identifier sans voir la couleur d'une boisson rend les choses très compliquées. © Jean Bernard

Identifier sans voir la couleur d'une boisson rend les choses très compliquées. © Jean Bernard

Les vins dont il fallait contrôler qu'ils étaient bien ceux proposés sur la carte. © Jean Bernard

Les vins dont il fallait contrôler qu'ils étaient bien ceux proposés sur la carte. © Jean Bernard

Un exercice classique de concours qui se réalise parfaitement en cinq minutes. © Jean Bernard

Un exercice classique de concours qui se réalise parfaitement en cinq minutes. © Jean Bernard

Publié dans Sommellerie, concours, VIN

Commenter cet article