Meilleur sommelier du monde 2016 des Français déjà sélectionnés

Publié le par Jean Bernard

Eric Zwiebel (Royaume Uni) et Julie Dupouy (Irlande), seront présents à Mendoza en avril 2016 et pourront espérer voir leur nom gravé sur le jéroboam en argent qui symbolise le titre mondial.  © Jean Bernard
Eric Zwiebel (Royaume Uni) et Julie Dupouy (Irlande), seront présents à Mendoza en avril 2016 et pourront espérer voir leur nom gravé sur le jéroboam en argent qui symbolise le titre mondial. © Jean Bernard

Il faudra attendre le 19 octobre pour connaître le nom du professionnel qui représentera l'Union de la Sommellerie Française au prochain concours A.S.I. du Meilleur sommelier du monde. Mais déjà, un peu partout dans le monde, les associations nationales ont sélectionné ou désigné celle ou celui qui portera leurs couleurs, en avril prochain, en Argentine.

De l'autre côté de la Manche, les candidats de l'Irlande et du Royaume Uni sont connus. Et comme ce fut le cas en 2013 pour le Mondial au Japon puis le concours Europe à San Remo (Italie) ils ont tous les deux l'accent français. Originaire du Sud-Ouest, Julie Dupouy, a décroché sa qualification en devenant Meilleur sommelier d'Irlande 2015 au terme d'une finale qui l'opposait à Pedro Julian Jimenez Lopez. Julie, sommelière au Greenhouse Restaurant, établissement qui vient de décrocher une étoile au guide Michelin, peut s'appuyer sur une certaine expérience des concours internationaux. Quart de finaliste au Japon, elle s'était hissée en demi-finale quelques mois plus tard en Italie.

Eric Zwiebel a déjà vécu des finales

Au Royaume Uni, trois sommeliers participaient aux épreuves de sélection et tous les trois sont Français. Gérard Basset, Meilleur sommelier du monde 2010 et le comité technique britannique avaient musclé les épreuves. Au final, l'Alsacien Eric Zwiebel devançait ses confrères Tanguy Martin et Clément Robert Medlar et décrochait le billet pour sa troisième participation à un mondial. A Rhodes, pour le premier en 2007, il portait les couleurs de la France et avait atteint la finale remportée par Andreas Larsson. Au Japon, six ans plus tard, l'aventure s'est achevée en demi-finale.

Mais le natif de Ribeauvillé, au coeur du vignoble, a également connu deux finales du concours Europe, à Paris puis à Sofia, avant d'échouer en demi-finale à San Remo.

Fort de ce vécu, le chef sommelier du Summer Lodge devrait figurer dans la liste des favoris, du côté de Mendoza.

Publié dans Sommellerie, concours, VIN

Commenter cet article